Katsu Ramen

Cela faisait des années (sans mentir!) que je désirais aller chez Yamato. Mais voilà, je n’habite pas dans le quartier, on ne peut pas réserver, les horaires sont un peu anti-commerçants et chaque fois que je passe devant, la longue file sur le trottoir me décourage. Et puis un jour j’en ai eu marre, je me suis décidée: j’y vais et puis tant pis pour la file, j’attendrai! Pour ceux qui l’ignorent, le Yamato est un petit snack réputé pour ses ramen (nouilles japonaises servies dans des bols remplis de bouillon et pour la plupart épicés au miso).

Nous sommes mardi soir, le premier des trois soirs d’ouverture de la semaine et pour la première fois, pas de file à l’horizon, c’est un signe! Nous rentrons à l’intérieur. Une chose est sûre, ce n’est clairement pas le cadre qui attire les foules: cuisine rustique en carrelage blanc derrière un comptoir en bois, chaises en plastique serrés autour de celui-ci, banquette rouge désuète…  Même s’il n’y avait pas de file à l’extérieur, il y a quelques personnes avant nous qui attendent à l’intérieur donc on s’assied sur cette banquette et on attend docilement notre tour. Inutile donc également de venir en groupe: comme il n’y a que quelques places autour du bar, les gens partent dès qu’ils ont fini (pour laisser la placle aux autres) , les places se libèrent au compte goutte. Si vous êtes à 4, à moins d’attendre très longtemps, vous ne pourrez pas manger ensemble, assis à côté les uns des autres.

On observe: les gens mangent dans un silence presque religieux et ne s’attardent pas. Voilà donc que des places se libèrent. On s’assoit au comptoir avec un sentiment  de mérite. Enfin, nous y sommes! Nous commandons des gyozas en entrée, suivis d’un katsu ramen, avec du porc pâné, préparé sur place, devant nos yeux, comme toute la carte d’ailleurs. Les gyozas sont très bons, leur farce est fondante. Ils manquent peut-être un peu de ‘croquant’ ? Ensuite vient la soupe. Là, c’est la claque, un bouillon divinement parfumé. Les saveurs d’umami, de miso et plein d’autres épices imperceptibles s’entremêlent, parfaitement équilibrés. Rien à redire. Les nouilles sont cuites également à la perfection. Le porc pâné est tendre et croustillant à la fois.

Nous avons terminé. Sans attendre, nous reposons donc notre bol sur le comptoir et recevons l’addition, sans un sourire (c’est dommage). Le moment fut court mais intense: on garde en tête et en bouche des saveurs authentiques et délicieuses, qui valent largement la peine de l’attente et du reste.

 

Yamato

Yamato

Rue Francart 11

1050 Bruxelles

tél: 02 502 28 93