L’équipe belge, gonflée à bloc! De gauche à droite : Dario, Pascal, Julien et Nicolas.

Voici le deuxième épisode du Native Cooking Award. Pour rappel, il s’agit d’une compétition culinaire ayant une approche très différente comparée à la plupart des concours actuels. Ils proposent un retour aux sources (‘back to the roots’) avec très peu d’ustensiles, se focalisant sur le terroir, le produit et la nature (en l’occurrence du Danemark donc). Cinq pays, représentés par 4 excellents chefs, s’affrontent. Ils doivent présenter un menu 3 services, qui sera dégusté par un jury prestigieux (composé de Sang-Hoon Degeimbre (l’Air du Temps), Jan Van Lissum du Gault et Millau, Bruno Verjus (La Table), Jakob de Neergaard, ancien coach des Bocuse d’Or danois…).

Le jour de l’affrontement est arrivé. Je me réveille à 6h30, quelques minutes avant la sonnerie de mon réveil. J’entends le bruit de l’orage et de la pluie! Ouille! L’événement se déroule exclusivement à l’extérieur. Les chefs ne seront pas épargnés. Après un petit déjeuner copieux, il est temps d’aller encourager l’équipe belge (composée de Julien Burlat (Dôme)Pascal de Valkeneer (le Chalet de la Forêt)Nicolas Scheidt (La Buvette) et Dario Puglia (Gigi il Bullo)), la première à démarrer, à 9h du matin. Ils se sont bien organisés hier. Dario reste sur place afin de découper la chèvre, Pascal part à pied chercher des carottes, les pommes et quelques herbes tandis que Julien et Nicolas prennent un vélo, direction la mer. Le ciel se dégage… le soleil pointe à l’horizon.

Dix minutes plus tard, place au Danemark, pays certainement un peu avantagé car il connait mieux le terrain. L’équipe démarre d’ailleurs à l’aise, sans aucun stress. Ensuite, c’est le tour de l’Allemagne, suivie de la France et finalement des Pays-Bas. Chaque équipe commence un peu de la même manière: trois s’en vont à la recherche d’ingrédients, le dernier membre de l’équipe reste au ‘camp’, et attaque la découpe de la viande ainsi que l’allumage du barbecue. Petit à petit, les chefs partis à la pêche et à la cueillette reviennent à vélo, les paniers chargés d’ingrédients. Les Français reviennent avec des bigorneaux, les Allemands avec deux belles et grandes anguilles*… les Belges rentrent quant à eux avec du crabe.

Il est fascinant d’examiner l’évolution du travail de chaque brigade en cuisine: chacune débute dans le calme mais au plus le temps passe, au plus l’agitation voire même le stress est palpable. La technique de cuisson de la chèvre diffère selon les équipes. Le Danemark finit la sienne en la laissant reposer dans le foin. Les Néerlandais ont creusé un trou dans le sol pour la cuire façon Tandoor. Fort intéressant aussi: même si chaque équipe dispose en gros des mêmes ingrédients, les assiettes et mets proposés sont fort différents. Mais surtout, ils tiennent vraiment tous la route. L’alchimie a opéré dans toutes les équipes, l’esprit de travail est bon. On ne dénotera aucun désaccord. Avec une mention spéciale pour le Danemark qui a travaillé dans un silence presque religieux.

Voici quelques assiettes présentées:

kn_assiette4
Le plat danois
kn_assiette1
L’entrée belge
kn_assiette3
Le plat néerlandais
kn_assiette5
Le dessert néerlandais

Après le décompte des poins et une délibération rapide, le jury annonce le résultat. Tout s’est joué dans un mouchoir de poche!

Le classement du jury : 

  1. Le Danemark
  2. L’Allemagne
  3. La Belgique

Le classement de la presse :

  1. Le Danemark
  2. La France
  3. Les Pays-Bas

Encore félicitations à toutes les équipes et forcément la Belge!

*Je tiens néanmoins à émettre des doutes sur la pêche à l’anguille. Ces bébêtes sont réputées pour avoir la peau particulièrement glissante. En attraper donc deux (qui de plus est étaient belles et grandes et calibrées pareilles) à la main, en moins de 10 minutes montre en main, relève de l’exploit miraculeux… Surtout quand on sait que le chef en question est arrivé en train et en voiture et travaille comme chef pour un grand fournisseur de poissons.

Lire aussi:

Native Cooking Award, intro

Native Cooking Award, premier épisode