Cela faisait des années que j’entendais du bien (et du très bien même) sur ce restaurant japonais (le seul étoilé du pays!) situé au coeur du quartier estudiantin bruxellois mais surtout dans l’ancien restaurant prénommé le ‘bar à sushis’, que je fréquentais très souvent lorsque j’étais étudiante. Plusieurs fois, il m’est arrivé d’appeler un peu en dernière minute pour savoir s’il leur restait une table de libre le soir-même ou le lendemain. Sait-on jamais :-) Réponse malheureusement toujours négative. C’est un fait: Kamo affiche tout le temps complet. Alors j’ai pris mon mal en patience et j’ai réservé pour un vendredi soir deux mois à l’avance!  Longtemps donc, voilà pourquoi le restaurant m’a appelé le midi pour me rappeler qu’il nous attendait bien le soir-même. Charmante attention.

kamo2Nous arrivons sur place. L’endroit a changé depuis le bar à sushis mais rest resté sobre et minimaliste. La cuisine a été agrandie, longeant un bar typiquement japonais. Les tables sont simplement ornées de sets de tables et de verre. En cuisine (dans la salle donc), ils sont plusieurs à s’activer dans un silence presque religieux. C’est impressionnant: à croire que le chef, Kamo Tomoyasu communique télépathiquement avec son équipe.

Nous regardons le menu et nous n »hésiterons pas longtemps. Nous optons pour le menu à 69,50 euro (le plus cher) à 6 services. On est là pour se faire plaisir après tout ! :-) La carte des vins est très alléchante. Sa sélection n’est pas trop grande et fait la part belle au bio et à la biodynamie. Nous opterons pour un vin blanc de Bourgogne, boisé et minéral à la fois. Tout ce que j’aime :-)

kamo3On commence par une petite mise en bouche: ramen dans un bouillon subtile et très fin. Ensuite place à l’assortiment d’entrée: croquette de topinambours et sa sauce au miso, saumon vinaigré, racines de lotus en tempura, flan au foie de poisson, maquereau pané. Chaque petite portion est judicieusement assaisonnée et délicatement parfumée. Toutes sont plutôt vinaigrées ou acidulées, idéal pour stimuler les papilles et ouvrir l’appétit. Mais je ne suis personnellement pas trop fan des fritures dans la cuisine japonaise. Ce côté gras, voire grossier, ne correspond pas selon moi à cette cuisine tellement raffinée.

Nous recevons des sashimis composés de daurade, thon rouge, saumon et chinchard. Le poisson est ultra frais et fond littéralement en bouche, comme il se doit. Mais c’est certainement le plat suivant qui m’a le plus conquise: filet de bar au soja et au gingembre. Toutes les saveurs du Japon dans une assiette. La cuisson du poisson est également parfaite: la peau est craquante, la chair se détache toute seule… Les ris de veau laqués étaient délicieux aussi et réalisés dans un esprit plus ‘fusion’. Vinrent ensuite les sushis et la question fatidique: valent-ils ceux que l’on mange au Japon? Et bien oui! Enfin un résultat pratiquement similaire avec les sushis du pays du soleil levant. Le riz, brillant, a une consistance parfaite et colle sans pour autant écraser chaque grain. Une petite touche de vinaigre en plus ne m’aurait pas déplu. Mais ça c’est vraiment encore une fois une question de goût personnel.

kamo4Le dessert ne m’a, par contre, pas franchement emballé (une glace au sésame et une crème vanillée au yuzu, un agrume japonais). Mais pour le reste, je n’ai vraiment pas grand chose à dire. Je m’attendais à recevoir plus une cuisine type ‘fusion’, mais tout était plutôt franchement japonais. Et finalement tant mieux! Chaque met est préparé avec une précision exemplaire, les assaisonnements sont juste et tellement savoureux… On voyage avec un grand ‘V’. C’est de loin le meilleur japonais où j’ai eu la chance de manger en Belgique. A l’exception évidemment de l’Inada, mais qui pour moi fait partie de la catégorie ‘français’.

A lire aussi:

L’Inada, ou la gastronomie française enrichie par la finesse japonaise.

Carpaccio de boeuf à la japonaise

Cabillaud poché au soja et gingembre

Les nouilles japonaises: Ramen, udon, soba…

kamo5

Kamo

Avenue des Saisons 123

1050 Ixelles

02 648 78 48

(le restaurant n’a pas de site internet!)