Dinner in the Sky a fêté cet année son dixième anniversaire. L’organisation a donc voulu marquer le coup en ne mettant – cette fois-ci – pas moins de 10 grues, disposées en allées, au pied de l’Atomium. Et évidemment 10 chefs étoilés de haut vol (Pascal De Valkeneer, Filip Claeys, Yves Mattagne, Lionel Rigolet…..) aux commandes, officiant pour 22 convives par table. Pour les épauler, les chefs étaient accompagnés par les Young Talents, de San Pellegrino. Cette initiative internationale (lancée par la marque d’eau pétillante italienne) a pour but de soutenir des jeunes chefs prometteurs dans différents pays. En Belgique, un guide a même été édité. Il présente 50 chefs, répartis dans tout le pays. Les talents en question sont bien sûr jeunes, mais excessivement doués. Ils font partie de cette nouvelle génération qui, de par son travail méticuleux, son amour pour le terroir et son respect pour le produit, définissent une nouvelle gastronomie précise, créative et pure.

dinnerinthesky3

Parmi ceux-ci: Thomas Troupin de la Menuiserie, Tristan Martin du Lemonnier… et Frédéric Tagnon de La Toquade, qui avait cuisiné chez moi. Ce fut une très belle rencontre et découverte. Je repense encore à son filet de faon… Miam, faut que j’y retourne! Ces 50 chefs ont également participé au concours ‘S.Pellegrino Young Chef 2016’, pour désigner le meilleur jeune chef du monde. Après une compétition difficile de plusieurs journées intensives, le jury du Benelux – composé par David Martin (Belgique), Filip Claeys (Belgique), Giovanni Bruno (Belgique), Tim Boury (Belgique), Ilario Mosconi (Luxembourg) et Hans van Wolde (Pays-Bas) – fut unanime. C’est Andrea Miacola, qui a travaillé de nombreuses années au restaurant De Librije à Zwolle, aux Pays-Bas, qui a gagné (et représentera donc le Benelux) avec son plat fétiche ‘Lapin gris de Carmagnola à saveur Tom Kha, Bouillon de tulipes et de tomates vésuviennes‘.

Lapin gris de Carmagnole saveur Tom Kha, tulipes et bouillon de tomates du Vésuve
Lapin gris de Carmagnole saveur Tom Kha, tulipes et bouillon de tomates du Vésuve

A cette occasion, San Pellegrino – partenaire de Dinner in the Sky – a invité plusieurs journalistes et bloggers à dîner dans le ciel ! Nous sommes assis à la table 6, celle de David Martin et Laure Genonceaux (du Brinz’l, qui a fait ses armes chez Bon Bon de Christophe Hardiquest). Après une coupe de champagne et un cocktail, nous voilà partis pour un menu 3 services, dans un esprit ‘à l’américaine’ (imaginez une voix off ‘Ladies and Gentlemen, welcome to Dinner in the Sky’ sur une musique festive…), perchés à 25 mètres du sol. Il faut le reconnaitre, même si ce ‘show’ n’est pas tout à fait à mon goût, voir ces 10 grues réunies monter en même temps est assez impressionnant. Et même si je n’ai pas le vertige, je ne fais pas trop la maligne au départ. Heureusement, je m’y fais assez vite (ou est-ce l’effet du champagne ?). Par contre, la météo n’est pas à son apogée, il fait gris et la visibilité pourrait être meilleure. Mais il fait sec, donc ne boudons pas notre plaisir! dinnerinthesky7

Le repas fut sans grande surprise délicieux! Avec un gros coup de coeur pour l’entrée: King Crab et crabe de la mer du nord, avocat, crémeux de sésame noir au saké. Le chef de la Paix distille une cuisine franche, d’une délicate justesse. Et sa touche japonisante est loin de me déplaire. C’est d’ailleurs tellement bon que je n’aurai pas été contre des portions un peu plus grandes mais il faut avouer que je suis une grande gourmande. Et il est aussi vrai qu’après le repas, nous sommes réinvités dans une loge pour déguster digestif et café. Le seul bémol à mon goût (outre la météo, mais ça on n’y peut rien): la qualité du vin, que je trouve vraiment d’un niveau inférieur comparé à tout le reste (organisation, cuisine, service…) et qui – à mon sens-  ne met pas assez en valeur les superbes mets du chef. Pour le reste, ce fut une très chouette soirée!  dinnerinthesky4