Cela fait des années que je rêve de manger du boeuf de Wagyu. Le boeuf Wagyu est une dénomination pour désigner plusieurs races bovines japonaises, dont fait partie également le boeuf de Kobe. On dit de lui qu’il s’agit de la viande la plus tendre et savoureuse du monde. Il est élevé de manière particulière aussi: le boeuf wagyu boit 3 litres de bière par jour, écoute de la musique classique (afin d’éviter toute once de stress) et est massé selon une technique ancestrale japonaise. Tout ça lui donne un côté persillé sans pareil avec un gras plus pauvre en cholestérol.

J’ai donc fait une folie et me suis achetée un bout de filet pur de boeuf wagyu. J’ai également acheté du boeuf Simmental, qui m’avait l’air très appétissant (et qui coûtait déjà un bras, mais qui est presque trois fois moins cher que le boeuf wagyu). Je voulais faire la comparaison. Comme vous le verrez sur la photo, le boeuf simmental (à gauche) est déjà très beau. Le boeuf wagyu ressemble presque à du thon semi-gras, tant il est persillé et brillant. Il est d’une tendreté étonnante. Pour le cuire, j’ai utilisé une poêle épaisse en fonte, du beurre clarifié (avec lequel j’ai arrosé la viande régulièrement). La cuisson: très simple, saisir à feu vif une minute de chaque côté.

Le résultat? Le boeuf Simmental est fondant, tendre… un régal. Le boeuf Wagyu? Et bien, c’est encore autre chose… ce n’est presque plus du boeuf. C’est un goût à part. C’est encore plus fondant… C’est dur à décrire, mais c’est vraiment sublime.

Verdict: il faut goûter le boeuf wagyu au moins une fois dans sa vie… Une tranche fine, même crue est suffisante et vous fera tomber sous le charme. Ceci dit, le boeuf Simmental est déjà top et j’en rachèterai cette année (ce qui n’est évidemment pas le cas du boeuf Wagyu). Enfin lorsque je gagnerai au lotto, j’en mangerai plus souvent, ça c’est sûr ;-)