L’Hédoniste du Nouveau Monde – épisode 2

De nos jours en Amérique, le développement urbain, la globalisation croissante et l’importation aux States d’une multitude de grands chefs internationaux ont contribué à créer un des environnements gastronomiques les plus fertiles au monde. (Les Etats-Unis se définissent le plus souvent par le terme de “melting pot” – le mieux traduit par “ pot-pourri culturel”. La population est issue du mélange d’immigrants le plus diversifié de l’histoire de la planète ; tous ont amené des bribes de leur héritage culturel et particulièrement sur leur culture alimentaire).

Il y a une cinquantaine d’années, le dîner américain gourmet type était constitué d’un aspic de tomate (gélatine + tomate en boîte), une cassolette de crabe (crabe en boîte dans une crème de champignons Campbell) et un bœuf Wellington (mignon de bœuf misérablement étouffé dans une croûte pâteuse), terminé par cerises Jubilé ou banane flambée… Il y avait bien sûr quelques notables exceptions à New York et San Francisco mais dans l’ensemble, la nourriture avait peu d’importance aux Etats-Unis ; la vocation de chef avait autant de cachet que celle du plombier – une profession parfaitement respectable mais nullement un chemin vers la célébrité. La table américaine était banale, dotée de la même fadeur insipide que la table britannique de la même époque.

Aujourd’hui, la cuisine américaine est considérablement plus complexe et infiniment meilleure. Les Etats-Unis ont littéralement révolutionné leur culture culinaire depuis ces trente dernières années. Ce n’est plus la pire alimentation du monde civilisé ; c’est même en passe de devenir une des meilleures.

Le terme américain consacré pour définir un fin gourmet est celui de foodie. Dans les régions du Centre et du Sud-Est, souvent définies comme “Amérique profonde “ la recherche gastronomique est un phénomène résolument récent qui est aussi intimement lié à la découverte du plaisir de la consommation du vin ! Celle-ci a fermé pour les gourmets les portes des fast-foods et assimilés et ouvert la voie aux fins restaurants personnalisés.

Nous reviendrons au sujet du vin tout à loisir.

Pour la plupart des nouveaux foodies, la recherche de fine cuisine et du plaisir gastronomique relève parfois de l’obsession pure et simple ; un de mes meilleurs amis que je vous présenterai sûrement, par ailleurs collaborateur de Robert Parker Jr., en est un excellent exemple. Les Etats-Unis sont résolument sur la voie de la recherche approfondie du savoir-faire et de l’excellence en cuisine.

Le remarquable succès de chaînes de distribution alimentaire organique (bio) et de haute qualité comme “Whole Foods Market“ est un exemple parmi d’autres ainsi que le développement exubérant de restaurants originaux et créatifs animés par de jeunes chefs novateurs et sans complexes. Ce mouvement date au plus d’une bonne vingtaine d’années.

La rubrique que nous voulons créer ici rentre dans le cadre d’un blog de plaisir et non d’une enquête encyclopédique (que le sujet mérite par ailleurs fort probablement !) Nous vous présenterons surtout des recettes typiques et nous irons ensuite visiter quelques restaurants représentatifs de cette nouvelle cuisine des States.

Nous allons donc “faire simple“ et rentrer dans le vif du sujet avec des recettes classiques du Nord et du Sud qui illustreront bien les différences de culture et de goût des Amériques. Nous terminerons chaque recette par des suggestions d’accord « mets-vins » de terroirs variés.
(A suivre…)