Un peu d’histoire…

Pau est la deuxième ville d’Aquitaine, en terme de grandeur, après Bordeaux. La situation est à nouveau idyllique: à 50 km de l’Espagne, à 100 km de l’océan Atlantique, à 45 minutes d’une station de ski, une vue imprenable sur les Pyrénées et les coteaux du Jurançon. Cette ville est étroitement liée à Henri IV, qui y a grandi. Réputée pour ses bienfaits en terme de climat, elle devient une station climatique et connaît un essor économique dû à un afflux de touristes anglais. Pour accueillir ces fortunes, des hôtels particuliers, très élégants, se mettent à fleurir un peu partout, couplés à des facilités luxueuses (bains, casino, funiculaire). A cette époque, Pau devient également l’un des centres névralgiques de l’aéronautique. Cette ville bénéficie encore aujourd’hui d’une richesse à plein de niveau: ses habitants (elle compte encore beaucoup d’ingénieurs etc.), la beauté de ses ruelles et boulevards, une gastronomie de choix et une qualité de vie très élevée.

Recommandation d’itinéraire

J’ai commencé ma visite par le marché quotidien de Pau. Il est réparti en deux entités: le Marché des Halles (‘permanentes’, avec des étales fixes) et le Carreau des Producteurs (où les producteurs locaux se partagent les espaces). Les producteurs locaux affichent fièrement leur appartenance au mouvement 100% producteurs (une démarche d’identification mise en place par la Ville de Pau afin de promouvoir les circuits courts d’approvisionnement). Quel régal des sens! Un étalage de couleurs, d’odeurs et une ambiance très vivante. Des cuisiniers, des habitants… tous s’y retrouvent pour faire leur course. Le marché est ouvert tous les jours, sauf le dimanche.

J’en ai profité pour goûter la Coucougnette, une spécialité locale. Quel délice: une amande grillée enrobée de chocolat et d’une pâte d’amande à la framboise. Bref, une dragée améliorée!

Parcours gourmand
Sachez que l’Office du Tourisme de Pau propose deux initiatives fort sympathiques pour visiter la ville: les pass sucrés (6 euro) et gourmands (12 euro). Outre un itinéraire bien pensé, il contient des bons à valoir, à échanger dans des boutiques et échoppes (du marché) contre différentes spécialités gourmandes. Comme les artisans de bouche sélectionnés sont accueillants, vous ne verrez pas le temps passer et surtout, votre estomac sera bien rempli.

Je vous conseille aussi le Château de Pau et son parc. Situé en hauteur, au centre de la vieille ville, il a accueilli la naissance d’Henri IV. Ensuite, vous pouvez emprunter le boulevard des Pyrénées (longue de près de 2 km) et continuer jusqu’au Parc de Beaumont. Ce boulevard est non seulement beau mais il offre un panorama magnifique sur la ville et les montagnes.

Adresses utiles:

Pour manger:

Ze bistrot

La Bistronomie prend ici tout son sens: une ambiance de bistrot, une carte petite et changeante (le chef – qui a suivi une formation chez Michel Guérin – va faire ses emplettes chaque matin au marché), une belle carte des vins au verre et à la bouteille. Les produits cuisinés sont d’excellente qualité, les légumes de saison et les prix raisonnables. Je garde encore un souvenir ému de mon carré d’agneau…

Pour loger :

Le Belvédère

Imaginez une chambre d’hôte totalement insolite et improbable, nichée dans l’ancien pigeonnier situé sur le toit d’un ancien hôtel du XIXème siècle, offrant la plus belle vue de toute la ville. Ce pigeonnier est réparti sur trois étages, d’à peine quelques mètres carrés chacun. L’aménagement fut un défi : il fallait optimiser l’utilisation de chaque recoin et ne perdre aucun centimètre. Pari réussi !

Le Bristol

Cette demeure était auparavant un ancien hôtel particulier anglais. Il est aujourd’hui tenu par un couple charmant. Situé idéalement, dans le centre de l’ancienne ville, il y règne un calme étonnant.

 

A lire aussi:
A la découverte du Béarn – épisode 1
A la découverte du Béarn – épisode 2